Wifredo Lam

Biographie

Wifredo LAM est né en 1902 dans le village de Sagua La Grande à Cuba, d’un père chinois et d’une mère mulâtre, de double ascendance africaine et espagnole. La nature luxuriante de Sagua La Grande ainsi que les croyances cubaines dérivées du vodun provoquent dès son enfance un impact saisissant sur Lam.

De 1918 à 1923, il fréquente l’école des beaux arts de La Havane, puis il part pour l’Espagne où il restera 14 ans. Cette période est fondamentale dans la formation de Lam en tant qu’artiste. À Madrid, il entre en contact avec les idées et les mouvements de l’art moderne et fréquente régulièrement le Musée archéologique ainsi que les salles du Prado. Il découvre des corrélations surprenantes entre l’art occidental et l’art dit « primitif ».

En 1938, Lam quitte l’Espagne pour Paris où il rencontrera Picasso. Ce dernier le présente à ses amis peintres, poètes et critiques d’art : Braque, Matisse, Miró, Léger, Eluard, Leiris, Tzara, Kahnweiler, Zervos.

En 1939, Lam fait la connaissance de Benjamin Peret ; il rejoint André Breton et le mouvement surréaliste. Il peint, dessine, grave, des mondes imaginaires et baroques issus de « l’automatisme de la pensée ». Lam travaille souvent par séries. Il effectuera (1941), en compagnie d’un groupe d’artistes surréalistes, un voyage dans son pays natal. Wifredo Lam donne naissance à des formes humaines ou animales qu’il introduit dans des environnements exubérants.

Plus tard, l’artiste stylise ses figures qui deviennent des sujets-totems, une « confession intime » de son existence. Il réalisera une oeuvre graphique importante (lithographies et gravures), des illustrations pour de nombreux ouvrages, des fresques murales, des céramiques et terres cuites.

Wifredo Lam est mort à Paris en 1982. Ses cendres sont, selon la volonté du peintre, transférées à Cuba, où est créé en hommage posthume, le « Centre Wifredo Lam » pour la promotion et l’étude des Arts Plastiques du Tiers-Monde.